Mécénat de compétences : place aux initiatives individuelles

Le blog de Demain 🙌

illustration de Mécénat de compétences : place aux initiatives individuelles

Mécénat de compétences : place aux initiatives individuelles

il y a 3 semaines
Selon Admical, près de la moitié des sociétés qui pratiquent le mécénat y voient un moyen « d’exprimer leurs valeurs » et plus d’un tiers celui de « communiquer et d’améliorer leur image ». Les causes qu’elles soutiennent relèvent principalement du choix personnel des dirigeants - 45% contre 18% sous l’impulsion de collaborateurs – et/ou sont en lien avec l’activité de l’entreprise afin de faciliter sa communication externe.

Mais cette gestion évolue. Le mécénat se professionnalise et s’articule davantage avec les stratégies RSE et RH des entreprises. En particulier à travers le mécénat de compétences, dont le développement constitue une priorité pour un quart des mécènes. L’occasion pour les salarié·e·s de faire entendre leurs propres aspirations en matière de mécénat de compétences et de promouvoir en interne l’engagement associatif qui leur ressemble.


Le bénévolat c’est bien…, le mécénat c’est mieux !

 
Selon France Bénévolat, le taux d’engagement associatif était de 20% en 2022, en recul de 5% par rapport à 2016. En cause : des bénévoles plus exigeants, et plus réticents à s’engager dans la durée : 68% des bénévoles associatifs se déclarent ainsi « réguliers » en 2022 contre 76% en 2016.
 
Difficile de concilier vie professionnelle et personnelle chargée, et bénévolat associatif dans le temps 😵. Malgré une volonté d’agir, le peu de temps libre dont certain·e·s disposent est précieux, et en consacrer une partie chaque semaine à une association est souvent jugé trop contraignant. 

Donner de son temps de travail plutôt que de son temps libre, c’est reporter une partie de cet effort sur son employeur plutôt que de l’assumer seul·e.



On parle alors de mécénat de compétences. Pour les associations qui en bénéficient, cela présente aussi comme avantages :
  • De matérialiser l’engagement d’une personne grâce à son employeur, quand le bénévolat ne repose que sur un engagement moral ;
  • De pouvoir travailler avec elle aux horaires de bureau, et l’intégrer ainsi à son équipe pour ses compétences professionnelles spécifiquement.

Que l’on soit juriste, commercial, développeur web ou encore chef de projet, chacun peut apporter une expertise plus utile encore à une association qu’une aide terrain ponctuelle 💪. Le mécénat de compétences permet cela ! Bien qu’il se développe, moins de 3% des entreprises interrogées par Admical y ont procédé en 2021 - principalement des grands groupes. Pour pouvoir s’engager sur son temps de travail, il va falloir convaincre !

Quelles sont les chances d’être entendu en tant que collaborateur ?


RH & RSE : l’alignement des planètes en faveur du mécénat de compétences d’initiative individuelle

 
Dernièrement, le rapport de force entre employeur et salariés s’est considérablement rééquilibré. Dans un contexte de compétitivité accrue pour attirer et fidéliser les talents – d’autant plus sur des compétences en tension – les entreprises se doivent d’être plus à l’écoute de leurs collaborateurs. Il est désormais possible d’exiger davantage de son employeur, dès lors que la relation est bonne, la satisfaction mutuelle et la demande légitime.

La relation à l’emploi connaît par ailleurs une évolution profonde (cf. ce chouette article sur le sens au travail). Les entreprises doivent désormais composer avec les exigences de sens et d’impact au travail de leurs salarié·e·s. Le mécénat de compétences est un outil idéal pour y parvenir : plus de 40% des entreprises qui le pratiquent le font d’ailleurs pour impliquer et fédérer leurs collaborateurs.

Chaque projet d’engagement associatif porté par un collaborateur peut aussi soutenir la stratégie d’impact sociétal de son employeur, quand bien même il s’écarte des domaines d’intervention identifiés comme prioritaires par l’entreprise. Même au sein d’entreprises où le RSE est encore balbutiante, porter en tant que collaborateur une initiative individuelle de mécénat de compétences peut initier une dynamique et établir les bases d’une véritable stratégie sociétale.
 
Pour près de 50% des entreprises concernées, si elles n’ont pas engagé d’action de mécénat c’est principalement parce que leurs dirigeants n’en ont pas la volonté. Ce qui ne signifie pas qu’ils y sont opposés. N’attendons pas que le changement vienne d’en haut ; tout converge pour qu’il vienne de l’intérieur !


Besoin d’inspiration pour passer à l’action ? Ça se passe ici !
Pour rester informé·e de nos actus :
Inscription

L'engagement associatif sur son temps de travail : pour ne plus avoir à choisir entre un job qui paye et un job qui compte !